Conférences Normandie Design & Bien-vieillir

Découvrez les intervenants et les projets présentés à l'occasion de l'évènement Design & Bien-vieillir pendant la Normandie Design Week le samedi 12 septembre 2020 à Deauville.

Conférence n°1 : Comment créer du lien entre la maison de retraite et le territoire ?

Projets : « Écoutez-moi », « Hangar Zéro » et « Sun : améliorer le quotidien des séniors »

« Bonjour, je suis Marie Dollfus, designer graphique et fondatrice de l’atelier Une pierre à l’édifice au Havre qui croise différentes pratiques du design, pour concevoir et accompagner des projets qui placent le citoyen, l’usager, l’habitant, au cœur de la démarche. J’y explore les pratiques de co-conception et ai a cœur de participer à la valorisation de la parole citoyenne.

A l’occasion de mon intervention lors de l’événement Design et bien-vieillir, je souhaite ouvrir une réflexion sur les liens à imaginer entre une maison de retraite et son territoire, et plus globalement sur le design comme vecteur d’émancipation citoyenne dans les différents sujets de société. « 

Conférence n°2 : Comment embarquer différents acteurs dans un projet en design ?

Projet : EHPAD de Lisieux

Présentation de Benôit Millet du Design Thinking -Normandie Design Week - Design et Bien-vieillir

«  Je suis Benoit Millet, fondateur de Designir, école de design et surtout d’innovation responsable. Je suis diplômé de l’Ensci et j’ai fait parti des premières promotion de cette école. Depuis mon diplôme je n’ai eu de cesse de tente de faire du design dans des champs ou des secteurs économiques qui lui était inconnu : numérique (fin des années 80), agriculture, agroalimentaire, éducation, social…

J’ai donc développé très tôt du « design thinking » pour étendre les champs de notre discipline centrée sur l’humain. J’ai dirigé pendant 6 ans le Design Lab Nouvelles pratiques alimentaires de l’école de design de Nantes et je suis de retour en Normandie pour aller jusqu’au bout de mes convictions en partageant ma vision du design auprès du plus grand nombre »

« Je suis Thierry Béraud, architecte DPLG. Après quelques années en profession libérale en région parisienne, j’ai pris la voie de l‘enseignement en devenant professeur d’Arts Appliqués au lycée professionnel Paul Cornu de Lisieux, ainsi qu’enseignant en Arts Plastiques pour la section générale du Lycée où j’enseigne depuis 18 ans.

J’ai aussi une pratique artistique en temps que peintre qui m’a permis de créer il y a 5 ans la galerie d’art « Entre tissu et papier » à Honfleur . Cette galerie est une synthèse de mes diverses expériences puisqu’elle part d’un nouveau concept qui est de présenter deux matériaux; le papier et le tissu et
d’exposer des artistes travaillant un de ces 2 matériaux avec pour chacun d’eux (18 artistes) une technique différente.

Je pense que cette approche facilite l’accès à l’art par une première approche technique plutôt qu’intellectuelle ainsi nous demandons à chaque artistes de présenter sa technique son forme de cartel d’où la sensibilisation pédagogique de ce lieu à un large public.

J’ai toujours privilégié dans chacune de mes périodes professionnelles la méthodologie de projet que ce soit auprès de mes clients en temps qu’architecte, de mes élèves où des mes clients actuels à la galerie : toujours expliquer le sens de la démarche, c’est aussi mon but aujourd’hui avec cette nouvelle école Design!r .

Conférence n°3 : Comment repenser l’intégration d’autres approches en maison de retraite ?

Projet : Senior Mobile

Je suis designer et professeure en design-objet à l’ENSAD (Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs). J’explore des domaines variés allant la sculpture, le design d’objets et la scénographie jusqu’à des interventions
artistiques participatives. La relation sensorielle à l’espace et l’économie de matière (en privilégiant l’usage de matériaux de récupération) sont au centre de mes préoccupations.

L’échange autorisant à ouvrir des frontières pour expérimenter et produire de nouvelles formes, je m’associe volontiers à d’autres designers, artistes ou chorégraphes pour développer des projets de recherche interdisciplinaires créant des liens inattendus et singuliers. En mettant en place une méthode de travail basée sur une analyse fine et sensible du contexte et du milieu dans lequel je m’inscris et en acceptant de prendre du temps pour la rencontre, les échanges et l’observation, je propose une autre manière de travailler et de concevoir, pour s’éloigner des stéréotypes et des lieux communs et révéler les espaces et les liens subtils entre les hommes qui les habitent.

Le principe des assises Senior Mobile, que j’ai dessinées et conçues pour le chorégraphe Vincent Lacoste, est de tirer profit de la tonicité musculaire des personnes, même faible, grâce à un système de petites roues et de
roulements à billes de qualité, permettant, par absence de frottement, une augmentation du mouvement. Avec l’aide des ces assises mobiles, les danseurs professionnels entrainent les seniors dans le plaisir d’un mouvement augmenté, libre et fluide. Ils redonnent à chacun le plaisir de la danse à deux, et réveillent les souvenirs de bals, la surprise de la rencontre de l’autre, le vertige de la danse et du rythme. Ces assises sont des médiateurs qui permettent la création de lien social, la transformation de la relation entre soignés et soignants, le changement de regard sur les personnes vieillissantes.

Je suis chorégraphe et metteur en scène, ainsi que fondateur d’un espace de résidence d’artistes du spectacle vivant (théâtre et danse) : Le Relais, situé en Seine Maritime, dans l’arrière-pays dieppois, en milieu rural.

Sensible à la question des vulnérabilités, j’ai été depuis 2008 en contact avec de nombreuses institutions qui accompagnent dans leur vie au quotidien personnes âgées et/ou personnes en situation de handicap. Cette fréquentation régulière m’a amené à développer une attention et une écoute particulières quant aux moyens développés par les artistes (danseurs, comédiens musiciens, plasticiens) en direction de ces personnes, et j’ai été particulièrement enclin à développer moi-même des manières d’aider les personnes dont la mobilité était réduite à retrouver la liberté de leurs mouvements, l’autonomie qui en découle, et le plaisir que procure la danse.

C’est ainsi que j’ai initialement imaginé un premier prototype d’assise sur roues qui a permis à une jeune femme polyhandicapée de vivre avec aisance et fluidité une danse à deux, partagée avec un danseur professionnel. La rencontre avec Sophie Larger a permis d’élargir ce projet et de concevoir une gamme d’assises sur roues et roulement à billes, qui est devenue le support du projet Senior Mobile, que nous développons depuis 2016 dans les ehpad, résidences seniors, et autres espaces sensibles à la question de la mobilité.

Pensées comme des objets de médiation, ces assises permettent aux danseurs de se placer en situation de proximité et d’égalité avec les personnes dont les capacités physiques sont diminuées, pour découvrir avec elles, dans la rencontre des corps, comment évoluer ensemble, élargir la sphère de ses mouvements, rétablir les relations spatiales et sociales souvent abîmées par l’absence de liberté de mouvement. Ce dépassement de soi par la danse est le centre de notre projet, et devient peu à peu le centre de mes travaux.

Je développe comme chorégraphe et directeur de lieu une pensée de l’art contemporain comme art de la relation, dans lequel les notions d’hospitalité, porosité, autodétermination et désincarcération sont primordiales.

Compte-rendu :

Partager cet article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email